Partagez | 
 

 Time doesn't exist, clocks do. [Wilhelm+Sofia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Home is where the heart is.

In Neverland, I'm
Sofia Austen
∞ Date d'arrivée à Neverland : 01/02/2013 ∞ MESSAGES : 58 ∞ ÂGE : 24 ans. ∞ BOUILLE : Katie Mcgrath.
MessageSujet: Time doesn't exist, clocks do. [Wilhelm+Sofia]   Mar 5 Fév - 23:09




Voilà deux jours que la tempête avait éclatée, et qu’elle se retrouvait sur cette Île étrange. Bien que le temps fût toujours pluvieux, il semblait néanmoins s’être calmé. Sofia s’était enfoncée profondément dans la dense forêt, et devait avouer qu’elle était bel et bien perdue. Elle avait réussi à trouver un point d’eau pour s’abreuver, mais n’avait jamais appris une quelconque forme de chasse, habituée à être servie sur un plateau. Bien qu’elle pensait vivre un drôle de rêve qui semblait plus réaliste que n’importe quel songe qu’elle ait pu avoir, elle avait dû le reconnaître : ceci n’était pas un rêve, tout au plus un cauchemar, et elle ne se réveillerait pas de sitôt. Et c’est en partie son estomac qui criait famine, qui lui confirmait cette théorie. Elle se questionnait toujours quant à la raison de sa présence ici, mais avec le ventre creux, on n’a plus beaucoup de force, même pour réfléchir.

Sofia marchait telle une âme en peine, se demandant quel sort était arrivé aux autres personnes qu’elle avait vues sur la plage. S’en sortaient-ils mieux qu’elle ? S’étaient-ils séparés comme elle avait pu le faire en les voyant ? Voilà des questions qui lui restaient sans réponse, mais dont elle se moquait de plus en plus au fur et à mesure où elle se perdait. Il lui semblait parfois entendre des cris d’enfants, des chants, des bruits dans les arbres, mais elle n’aurait pas été étonnée d’apprendre qu’il s’agissait d’un tour de son imagination. Elle devait absolument manger quelque chose… Où les gargouillis de son estomac allaient finir par rameuter tous les prédateurs de l’Île.

Exténuée de sa marche qui semblait sans fin, elle se posa sur un rocher juste à côté d’un cours d’eau. Elle en profita pour assouvir sa soif, pour finir par y tremper ses pieds, puis ses jambes, en profitant pour enlever la boue qui s’était accrochée à elle. Elle était toujours en chemise de nuit, ce qui n’était réellement pas pratique pour voyager dans la jungle, et encore moins lorsque le temps n’était pas tropical. En bref… La jeune femme était en mauvaise posture.

Peut-être aurait dut elle faire marche arrière, si tant est qu’elle connaissait sa position. Elle tournait peut-être en ce moment même, Sofia n’en savait rien… Elle reprit alors la marche, espérant tomber sur une quelconque forme de civilisation, qui pourrait peut-être lui venir en aide et lui expliquer comment quitter cet endroit. C’est alors qu’un mouvement attira ses sens non loin devant elle. Un pelage blanc, une petite queue touffue… Oui, elle en était sûre, il s’agissait d’un lapin ! Elle le suivit en faisant le moins de bruit qu’elle le pouvait. Lorsqu’on a faim, des capacités insoupçonnées vous sont révélées, et Sofia s’avérait être une bonne traqueuse. Elle suivit le mammifère sur quelques mètres sans que celui-ci ne s’en rende compte. Encore une courte distance, et elle l’aurait… Elle réfléchirait après sur la technique à utiliser pour le cuire ! Un bond la propulsa en avant vers la potentielle nourriture, mais l’animal en fit de même, et lui échappa. Elle retomba, à genoux, sur un tas de feuilles, et pesta contre elle-même et contre cet univers étrange. La jeune femme voulut se relever, mais… Apparemment, sa cheville était coincée sous les feuilles. Voulant l’extirper, elle tira un grand coup, ce qui fut une très mauvaise idée, pour changer… Elle se sentit soudainement voler dans les airs, et les cordes d’un piège savamment posé se refermèrent sur elle. Cela ne pouvait pas arriver, non ! Pas maintenant alors qu’elle était si proche du but. Elle regarda vers le sol, où elle aperçut le lapin, qui sembla la narguer avant de partir faire son propre chemin. Recroquevillée dans le piège, elle était maintenant certaine qu’elle allait mourir sur cette Île, sans jamais savoir pourquoi elle était arrivée jusque-là.

_________________

▬ losing my mind.
there is a saying in the Neverland that,
every time you breath, a grown-up dies.


Dernière édition par Sofia Austen le Ven 8 Fév - 0:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

In Neverland, I'm
Wilhelm Sawkins
∞ Date d'arrivée à Neverland : 29/01/2013 ∞ MESSAGES : 54 ∞ ÂGE : 28 ans ∞ BOUILLE : Joseph Fiennes
MessageSujet: Re: Time doesn't exist, clocks do. [Wilhelm+Sofia]   Jeu 7 Fév - 16:24


Le capitaine Crochet avait confié une mission à Wilhelm. Chargé de lourdes et solides cordes, ce dernier avait du se rendre dans les bois de l'île où vivait Peter Pan pour la mener à bien. Il avait la responsabilité d'y poser des pièges, non pour chasser du gibier mais pour capturer des enfants perdus. Sa ruse et son passé de voleur faisait de lui le membre de l'équipage le plus à même de réussir à les rendre parfaitement indétectables et même si l'idée lui avait semblé quelque peu saugrenue, il n'avait pas protesté. Il lui avait fallu de longues heures pour terminer son ouvrage mais il avait fini par regagner le navire avec la satisfaction d'avoir fait du bon travail.

Quelques jours plus tard, il était revenu sur les lieux pour voir ce qu'il avait attrapé. Les deux premiers pièges qu'il avait vérifié n'avaient pas été déclenchés. Il s'était donc contenté de s'assurer qu'ils étaient toujours fonctionnels avant de continuer son chemin. Le troisième, en revanche, contenait une prise assez inattendue.

- Tiens donc ! Qu'est ce que nous avons là !

Ce n'était pas un gamin mais une femme qui était prisonnière du filet qu'il avait confectionné. Toutefois, elle ne ressemblait aucunement à une indienne ce qui avait poussé le pirate à s'interroger : d'où venait-elle ?

- Je dois dire que je m'attendais à autre chose mais il se pourrait finalement que le résultat dépasse mes espérances.

L’individu ne semblait pas très rassurée, ce qui était bien normal au fond, mais il comptait bien profiter de l'immobilité que lui imposait sa situation pour l'interroger sans avoir à redouter une potentielle tentative de fuite.

- A qui ais-je l'honneur ?

Faire souffrir les femmes inutilement ne lui ressemblait pas. Il finirait par lui permettre de regagner le sol mais avant cela, il allait satisfaire sa curiosité...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Home is where the heart is.

In Neverland, I'm
Sofia Austen
∞ Date d'arrivée à Neverland : 01/02/2013 ∞ MESSAGES : 58 ∞ ÂGE : 24 ans. ∞ BOUILLE : Katie Mcgrath.
MessageSujet: Re: Time doesn't exist, clocks do. [Wilhelm+Sofia]   Jeu 7 Fév - 18:21




Sofia se trouvait dans le piège depuis un petit moment déjà, si bien que le temps n’était plus mesurable pour elle. Elle ignorait quelle heure il pouvait bien être, et s'en fichait pas mal en fin de compte. Même la faim qu’elle avait pu ressentir plus tôt s’était dissipée, ce qui était sans doute mauvais signe, bien que cela ne l’inquiéta pas plus que cela. Elle sommeillait vaguement, la tête reposée sur les cordages, en attendant… Qu’un secours tombe du ciel, ou autre chose, elle n’en savait rien. Ses doigts étaient abimés, et la parfaite manucure qu’elle avait pu arborer avant de se retrouver sur l’île s’était totalement évaporée. Car effectivement, avant de s’avouer vaincue, elle s’était escrimée sur son piège, tentant par tous les moyens de défaire les nœuds, mais visiblement ils avaient été liés par un expert, qui voulait garder sa proie prisonnière à tout prix.
Alors elle s’était abandonnée à l’attente, qui prit fin lorsqu’elle entendit des bruits de pas qui s’approchaient. Elle ouvrit les yeux en papillonnant, non sans difficulté, car le soleil l’éclairait à moitié.

- Tiens donc ! Qu'est-ce que nous avons là !

Une voix, d’homme. Assurée, forte, elle sentait qu’il s’agissait du poseur de pièges. Elle se redressa, lentement, pour le regarder. Brun, il portait des vêtements qui semblaient tout droit sortis des contes portant sur l’océan. Et le sabre qui reposait à son côté n’était pas là pour la rassurer. Elle dut se concentrer pour l’écouter parler, les sourcils légèrement froncés. Le manque d’eau et le soleil qui l’accablait n’arrangeaient pas sa situation…

L’homme lui demanda de déclarer son identité, mais elle était loin de lui accorder sa confiance. Sofia ne connaissait rien de cet endroit, encore moins de ses habitants. Rien ne lui assurait qu’elle allait délivrer sa nature à la bonne personne, de plus quelqu’un qui posait des pièges assez grands pour accueillir des humains ne devaient pas avoir de bons desseins dans la vie. Mais il était la première personne qu’elle rencontrait depuis plusieurs jours, et la seule potentielle à pouvoir la délivrer…

Sa voix, rouillée, résonna étrangement à ses oreilles.

- Je m’appelle Sofia. Qui êtes-vous ?

La question avait fusée, sans même qu’elle ait pu y penser avant. Bien qu’affaiblie, sa curiosité restait accrue. Elle s’accrocha de ses deux mains aux cordes, pour se redresser davantage, et paraître moins en position de faiblesse face à cet inconnu. Néanmoins, celles-ci avaient laissé des traces rouges sur sa peau, mise à mal.

- Navrée de vous désappointer en n’étant pas le gibier que vous pourchassiez.

Elle avait utilisé le mot gibier, sans réellement savoir ce que l’homme traquait, mais cela importait peu.

- Pourriez-vous avoir l’obligeance de me libérer de ces liens ?

_________________

▬ losing my mind.
there is a saying in the Neverland that,
every time you breath, a grown-up dies.


Dernière édition par Sofia Austen le Ven 8 Fév - 0:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

In Neverland, I'm
Wilhelm Sawkins
∞ Date d'arrivée à Neverland : 29/01/2013 ∞ MESSAGES : 54 ∞ ÂGE : 28 ans ∞ BOUILLE : Joseph Fiennes
MessageSujet: Re: Time doesn't exist, clocks do. [Wilhelm+Sofia]   Jeu 7 Fév - 19:56


Wilhelm s'était aperçu que sa proie était déshydratée en l'entendant s'adresser à lui avec une voix rauque. Était-elle tombée dans le piège immédiatement après qu'il l'ait posé ? C'était assez peu probable. Si c'était le cas, le manque de vivres lui aurait sans doute déjà fait perdre connaissance. Satisfait qu'elle ait obtempéré en lui dévoilant son identité, il avait daigné lui dévoiler la sienne en retour.

- Wilhelm Sawkins. Tout le plaisir est pour moi, je le crains.

Bien disposé, le pirate s'était approché de l'arbre auquel il avait accroché le piège. Ses mains expertes avaient rapidement trouvé le moyen de le désamorcer si bien que quelques minutes plus tard, la demoiselle descendait lentement vers le sol.

- N'essayez pas de vous relever avant que je vous ai débarrassé du filet, vous risqueriez de vous faire mal.

Quelques coups de dague avaient suffit à lui ouvrir un chemin vers la liberté. Galant, il lui avait alors tendu la main pour l'aider à se relever.

- Là, vous voilà tirée d'affaire.

Il lui avait laissé quelques instants pour reprendre ses esprits avant de lui tendre la gourde qui était accrochée à sa ceinture.

- Buvez, ça vous fera du bien.


Il n'avait que du rhum à lui offrir mais si elle acceptait d'en avaler ne serais-ce qu'une ou deux gorgées, elle soulagerait sans doute momentanément sa gorge asséchée.

- Puis-je savoir pourquoi une dame de votre genre se promenait seule dans les bois vêtue d'une simple... chemise de nuit ?

C'était étrange. Très étrange. Le jeune homme avait presque intégralement oublié comment était sa vie avant Neverland et il ignorait encore qu'une poignée d'adultes avait été intégrée à ce mystérieux pays par la fée Clochette, il n'avait donc pas immédiatement supposé qu'elle puisse venir d'un autre monde...




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Home is where the heart is.

In Neverland, I'm
Sofia Austen
∞ Date d'arrivée à Neverland : 01/02/2013 ∞ MESSAGES : 58 ∞ ÂGE : 24 ans. ∞ BOUILLE : Katie Mcgrath.
MessageSujet: Re: Time doesn't exist, clocks do. [Wilhelm+Sofia]   Jeu 7 Fév - 23:57




Bien qu’aux premiers abords, il semblait peu digne de confiance, l’homme se montra courtois et patient, alors qu’il la délivrait de son sort. Wilhelm… Sofia n’avait jamais entendu un prénom tel que le sien.

Elle se sentit descendre, petit à petit, mais laissa ses mains s’accrocher aux cordes, peu rassurée. Les mouvements causés par la descente lui tournaient la tête. Doucement, elle toucha la terre, qui était encore humide de par les ravages de la pluie. Ses pieds, nus, n’apprécièrent pas le contact, tandis que le reste des cordes retombaient sur ses épaules alors que l’homme finissait de défaire le piège. Il l’avertit d’être prudente et de ne pas se relever de suite, ce qu’elle fit, attendant qu’il ait précautionneusement coupé ses liens.

Sofia resta accroupie un moment, à se masser les poignets, qui avaient également souffert de la position. Elle releva le regard d’un air méfiant, pour se rendre compte qu’il lui tendait la main, offrant de la remettre sur pieds. Après tout, qu’avait-elle à risquer ? Il l’avait aidée à se dépêtre de son piège, et maintenant qu’elle était revenue au sol, elle était bien trop faible pour fuir si cela s’avérait nécessaire. Alors elle accepta et lui tendit une main pâle, qu’il n’eut aucun mal à saisir pour la relever. La jeune femme se sentait faible, et devait avouer qu’elle haïssait ce sentiment. Elle avait toujours été habituée à être indépendante, et être aux crochets d’un inconnu, aussi agréable soit-il, ne lui plaisait pas plus que ça.

C’est lorsqu’il lui tendit sa gourde que ses dernières barrières cédèrent. Elle n’aurait, autant physiquement que mentalement, pu refuser une telle offre. Sofia se saisit de la gourde, sans même s’assurer de ce qu’elle contenait, supposant qu’il s’agissait d’eau. Or, le breuvage était assez fort, même puissant, et diffusa une chaleur dans son corps alors qu’elle buvait, tout en lui faisant légèrement tourner la tête. Elle tendit ensuite la gourde à Wilhelm, avant d’en boire tout son contenu…

- Merci, articula-t-elle après avoir repris son souffle. Assez forte, votre boisson…

Elle enserra ensuite sa poitrine de ses bras, la chemise de nuit ne la couvrant pas beaucoup. Bien que la boisson proposée par l’homme l’ait réchauffée et apaisée, elle était encore loin d’être retapée. Ce que Wilhelm sembla remarquer, vu qu’il lui demanda ce qu’elle pouvait bien faire dans la forêt vêtue de la sorte.

Sofia le jaugea du regard un moment. Allait-il penser qu’il avait à faire à une folle, lorsqu’elle lui raconterait les faits ? Même elle, avait du mal à y croire… Mais après tout, qui ne tente rien n’a rien, et elle fondait l’espoir qu’il aurait peut-être un moyen de la guider vers son retour chez elle.

- À vrai dire, je l’ignore… Je me suis réveillée il y a quelques jours sur une plage, avant de me retrouver coincée ici.

Elle n’était pas obligée de donner tous les détails, mais le ferait si jamais il le demandait. La tempête, les autres personnes également étendues près de l’océan… Tout cela prendrait un sens, s’il en avait un à leur donner.

- Et vous ? , demanda-t-elle finalement, hésitante. Quel est votre rôle sur cette île ?

Sa curiosité n’était toujours pas rassasiée. Elle avait de nombreuses questions à propos de l'endroit qui les entourait, mais se contenterait d'en apprendre plus sur lui, pour l'heure. Il l'intriguait, et rester dans l'ignorance ne lui était pas familier.

_________________

▬ losing my mind.
there is a saying in the Neverland that,
every time you breath, a grown-up dies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

In Neverland, I'm
Wilhelm Sawkins
∞ Date d'arrivée à Neverland : 29/01/2013 ∞ MESSAGES : 54 ∞ ÂGE : 28 ans ∞ BOUILLE : Joseph Fiennes
MessageSujet: Re: Time doesn't exist, clocks do. [Wilhelm+Sofia]   Ven 8 Fév - 13:00


En général, les femmes non pirates à qui l'on proposait du rhum se contentaient d'en boire une ou deux gorgées en grimaçant. Contre toute attente, celle-ci avait intégralement vidé sa gourde comme si elle avait été remplie d'eau fraîche. Wilhelm n'en revenait pas.

- Eh bien, je crois que j'ai mal évalué votre soif...


Si elle était à jeun depuis plusieurs heures, l'inconnue risquait fort de s'effondrer dans les minutes à venir, complètement ivre.

- Vous venez d'avaler l'équivalent de deux ou trois verres de rhum. J'espère que vous tenez l'alcool.


Il faisait frais dans les bois et son interlocutrice semblait souffrir de la température. Le jeune homme avait donc décidé de l’entraîner à sa suite vers la plage pour qu'elle s'y réchauffe un peu. Toutefois, avant cela, il avait pris soin de dissimuler ce qu'il restait de son piège afin de ne pas risquer d'indiquer la présence des autres aux enfants perdus.

Les explications de la demoiselle l'avaient un peu étonné. Pour être certain qu'elle était effectivement une étrangère, il l'avait questionnée à nouveau :

- Où étiez vous avant de vous retrouver sur cette plage ?

Dans quelle ville, mais aussi et surtout en quelle année... il avait découvert récemment que plusieurs siècles s'étaient écoulés entre sa naissance et celle d'autres individus qui vivaient à Neverland dans un autre monde alors il se disait que tout était possible...

Wil' n'avait pas tardé à faire signe à son interlocutrice de le suivre. Pour l'heure, elle semblait tenir le coup mais il n'avait pas envie d'avoir à la porter si elle venait à succomber aux effets de l'alcool.

- Je ne suis que de passage sur l'île. Le reste du temps, je vis sur le Jolly Roger.

Voyant que l'inconnue ne semblait pas connaître le navire, il avait précisé :

- En d'autres termes, je suis un pirate.


Il n'avait pas honte de le dire, au contraire.

Grâce à son sens de l'orientation, il ne lui avait fallu que quelques minutes pour atteindre le bord de mer. Les rayons du soleil faisaient chauffer le sable si bien qu'il y faisait au moins dix degrés de plus que sous le couvert des arbres.

- Vous avez faim ?

Il connaissait déjà la réponse mais puisqu'il avait décidé de se montrer poli en début de conversation, il continuait sur sa lancée...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Home is where the heart is.

In Neverland, I'm
Sofia Austen
∞ Date d'arrivée à Neverland : 01/02/2013 ∞ MESSAGES : 58 ∞ ÂGE : 24 ans. ∞ BOUILLE : Katie Mcgrath.
MessageSujet: Re: Time doesn't exist, clocks do. [Wilhelm+Sofia]   Sam 9 Fév - 23:54




L’effet de l’alcool sur son estomac vide et son métabolisme affaibli se fit ressentir rapidement. Les symptômes étaient peu charmants : la tête lui tournait et la nausée lui montait. Elle ne savait pas réellement si elle tenait l’alcool en temps normal : boire n’était pas sa tasse de thé, sans mauvais jeu de mot. Mais en tout cas, à l’instant, elle ne se sentait pas très bien : rien à voir avec la déshydratation dont elle avait pu souffrir un peu plus tôt, mais la situation ne s’était pas réellement améliorée.

Les paroles prononcées par Wilhelm ne prirent pas réellement de sens pour elle : elle tentait de se concentrer et de ne pas voir la terre tourner à ses pieds. Ce sentiment était vraiment désagréable. Note à elle-même : toujours vérifier de quoi il s’agit lorsqu’un inconnu vous propose à boire. Néanmoins, elle se laissa entraîner par l’homme à travers les bois, sans plus se poser de questions. Elle devait produire un gros effort pour regarder où elle marchait, et prêter l’oreille aux propos de son trappeur/sauveur. Où était-elle avant de se retrouver sur la plage ? Elle fronça les sourcils en réfléchissant. Dans son lit, avec son fiancé, qui devait se demander où elle était maintenant. Que penserait-il en la voyant dans un tel état, d’ailleurs ? Mais Wilhelm se fichait sans doute de ces détails…

- Je viens d’Angleterre, de Londres pour être plus précise. Je venais de recevoir une récompense pour mes performances en comédie… Révélation de l’année 1933 !, scanda-t-elle, en reprenant les titres de journaux.

Ses pieds rentraient en contact avec de la boue, parfois des cailloux et des branches, ce qui lui permettaient de garder contact avec la réalité et de ne pas se laisser totalement submergée par l’alcool. Enfin, Wilhelm daigna lui dire qui il était sur cette Île étrange.

Pirate… Ces êtes répugnants, censés parcourir les mers à piller d’autres paquebots, vivre de débauche et effrayer les pauvres habitants de la terre ferme ? Certes, tout cela faisait vrai préjugé, mais elle avait réellement du mal à imaginer que Wilhelm était l’un d’entre eux. Étaient-ils tous comme lui sur l’Île ? Elle l’ignorait, mais ces questions s’évaporèrent lorsqu’elle distingua la plage : le sable semblait chaud, grâce au soleil qui se reflétait sur lui.

Dire qu’elle était si proche de la plage depuis tout ce temps, la remontait contre elle-même. Le sens de l’orientation n’était pas son fort non plus, visiblement. Marcher sur le sable fin était une véritable bénédiction, après l’horreur qu’avait pu représenter la forêt ; de plus le soleil réchauffait déjà ses bras dénudés. Elle s’assit sur la plage, appréciant le contact, sans même se poser de questions sur ce que venait de lui dévoiler Wilhelm. Sofia sembla en reprendre conscience tout de même, et releva le regard vers lui.

- Un pirate ? Vraiment ? Et il y a donc tout un équipage qui vous accompagne… Vous êtes les seuls à peupler l’île ?

Enfin, peupler l’île quand ils amarraient… Elle se demandait qui d’autres pouvaient vivre ici, si l'île était grande ou plutôt restreinte… Mais en attendant, un grognement émis par son estomac répondit à la question suivante du pirate.

- Un peu… Quel euphémisme. Mais je ne voudrais pas plus vous déranger, ajouta-t-elle sincèrement.


_________________

▬ losing my mind.
there is a saying in the Neverland that,
every time you breath, a grown-up dies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

In Neverland, I'm
Wilhelm Sawkins
∞ Date d'arrivée à Neverland : 29/01/2013 ∞ MESSAGES : 54 ∞ ÂGE : 28 ans ∞ BOUILLE : Joseph Fiennes
MessageSujet: Re: Time doesn't exist, clocks do. [Wilhelm+Sofia]   Lun 11 Fév - 18:17


Par chance, la jeune femme avait tenu le coup jusqu'à la plage. Là, elle s'était affalée dans le sable. Wilhelm n'avait pas bien su si c'était à cause de l’alcool qu'elle avait ingurgité, pour profiter de la chaleur ou pour échapper à la faim qui la tiraillait mais il était soulagé de ne pas avoir eu à la porter. Un tel effort était dans ses moyens, car vue sa carrure, elle ne devait pas peser grand chose, mais il n'était pas un prince charmant : sauver les demoiselles en détresse, ce n'était pas vraiment son truc... Puisqu'il était indirectement responsable de son état de faiblesse toutefois, il était disposé à se montrer aimable et à l'aider à se remettre sur pieds.

- 1933...

Son interlocutrice était moins " jeune " que l'était Alexia, son arrière arrière ( etc... ) petite nièce mais théoriquement, elle avait elle aussi plusieurs siècles de moins que lui. Y-avait-il quelqu'un de son âge ou de plus ancien encore sur Neverland ou était-il l'aîné de tous les habitants de ce monde ? Il faudrait qu'il songe à trouver une réponse à cette question...

- Alors comme ça, vous êtes comédienne... J'espère que vos talents vous serviront ici.

Le moindre petit don, que ce soit pour la pèche, le vol, la course d'orientation ou l'art de tromper les foules pouvait être un véritable atout pour survivre sur une île pas toujours très hospitalière, il en avait fait l'expérience...

- Quoi qu'il en soit, oubliez tout ce que vous connaissez : Neverland n'y ressemble en rien.

Sofia n'était pas devenue hystérique en apprenant qu'il était un pirate mais le jeune homme se doutait qu'elle aurait préféré qu'il lui annonce autre chose. Ses compagnons et lui même n'avaient pas une bonne réputation auprès des gens " respectables ". On les voyait comme des pillards, des brutes, des ivrognes et au fond... ce n'était pas une vision tout à fait erronée de leur personnalité...

- Un trois-mâts est relativement difficile à manœuvrer. Je fais donc effectivement partie d'un équipage.

Il s'était interrompu avant de reprendre avec une légère grimace de contrariété :

- Nous ne sommes pas seuls, non. Nous partageons ces terres avec des sirènes, des indiens et une bande de gamins.

Lorsque sa vis à vis lui avait confirmé qu'elle avait faim, il avait extirpé un morceau de viande séchée de la besace qui pendait à son côté. Ce n'était pas un repas gastronomique mais c'était suffisant pour boucher un coin et surtout, c'était tout ce qu'il avait de comestible sur lui.

- Tenez.

Comme il n'avait pas l'intention de rester debout pendant des heures à la regarder, il s'était installé sur le sable à son tour.

- Que pensez vous faire à présent ?



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Home is where the heart is.

In Neverland, I'm
Sofia Austen
∞ Date d'arrivée à Neverland : 01/02/2013 ∞ MESSAGES : 58 ∞ ÂGE : 24 ans. ∞ BOUILLE : Katie Mcgrath.
MessageSujet: Re: Time doesn't exist, clocks do. [Wilhelm+Sofia]   Lun 11 Fév - 23:56




Neverland. C’était donc là le nom de cette mystérieuse Île ? Elle écouta l’énumération des habitants en se confortant : elle n’avait pas rêvé, et les bruits qu’elle avait pu entendre avaient bien été émis. La jeune femme avait toujours rêvé de voyages, d’aventures même, trouvant sa vie parfois trop monotone. Mais elle se blâmait d’avoir souhaité une telle chose : maintenant qu’elle en vivait une, elle ne souhaitait qu’une chose : que cela ne lui soit jamais arrivé.

Le regard braqué sur le morceau de viande séchée, Sofia le prit avec délicatesse, pour ne pas montrer son empressement. Ensuite, elle le grignota sans se dépêcher, le temps de laisser à son estomac une période d’accoutumance. C’est que quand il réclame depuis plusieurs jours, il ne faut pas le contenter d’une manière trop vive. La nourriture n’était pas la meilleure chose qu’elle ait pu manger dans sa vie : mais elle s’en contentait comme l’une d’elle. Il n’était pas histoire de faire la fine bouche ici, et quelque chose lui disait qu’elle allait devoir s’acclimater à ce régime alimentaire pendant un moment.

Wilhelm, qu’elle savait pirate désormais, prit place à côté d’elle. Le fait de manger lui redonnait un peu de force, lui éclaircissait doucement les esprits, et dissipait peu à peu les effets de l’alcool, mêlé au soleil qui lui réchauffait le corps. Elle connaissait son prénom, sa fonction sur cette île, et pourtant voulait en savoir tellement plus. Il la devança néanmoins, en lui demandant ce qu’elle comptait faire maintenant.

Mâchonnant toujours, elle prit le temps de réfléchir, en observant les vagues et leurs remous, apaisants. Question simple, dont la réponse ne semblait pas vraiment réalisable.

- Trouver un moyen de rentrer chez moi, dit-elle alors de but en blanc. Je ne sais pas ce qui m’a amenée ici, mais rien ne m’y retient, et j’aime la vie que je menais à Londres. S’il y avait un quelconque moyen…

Elle scruta le visage du pirate, afin de distinguer un quelconque signe de sa part qui prouverait qu’elle avait une raison d’espérer. Il n’avait pas semblé plus étonné que cela, en apprenant qu’elle venait d’ailleurs, ce qui l’interpella, maintenant que ses esprits lui revenaient.

- Vous venez aussi d’autre part, n’est-ce pas ? Je veux dire… Vous n’avez pas vécu toute votre vie sur cette Île. D’où venez-vous ?

Il ne pouvait pas être l’une des personnes qu’elle avait vues étendues sur la plage après la tempête, il semblait trop bien connaître l’Île et puis, il était un pirate. Alors, peut-être que lui aussi avait débarqué par un quelconque moyen ? Et si c’était le cas, et qu’il était encore là à ce jour, soit il n’avait pas tenu à partir, soit il n’y avait pas d’alternative. Sofia repensa au trois mâts auquel il avait fait allusion.

- Vous devez beaucoup naviguer avec votre bâtiment, sur de nombreuses mers. N’y a-t-il pas un moyen de rejoindre une autre terre par celles-ci ?

Elle croqua le dernier morceau de viande qui lui restait, en écoutant sa réponse.

_________________

▬ losing my mind.
there is a saying in the Neverland that,
every time you breath, a grown-up dies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

In Neverland, I'm
Wilhelm Sawkins
∞ Date d'arrivée à Neverland : 29/01/2013 ∞ MESSAGES : 54 ∞ ÂGE : 28 ans ∞ BOUILLE : Joseph Fiennes
MessageSujet: Re: Time doesn't exist, clocks do. [Wilhelm+Sofia]   Mar 12 Fév - 13:18


Contre toute attente, la demoiselle n'avait pas fait la fine bouche. Elle avait croqué dans le morceau de viande séchée sans trop hésiter avant d'expliquer à Wilhelm qu'elle comptait trouver un moyen de rentrer chez elle. Le jeune homme se souvenait à peine de son arrivée sur l'île mais il était certain d'une chose : aucune personne de sa connaissance n'était jamais parvenu à la quitter. Il ne serait pas très logique que le passage qui séparait Neverland de la Terre ne puisse être emprunté que dans un sens mais nul ne s'y était engagé de son plein gré. Il était donc peu probable que quelqu'un sache comment revenir en arrière...

- Je vous souhaite bien du courage dans ce cas.

Il allait enchainer mais son interlocutrice avait été plus rapide.

- Il me semble que je viens également d'Angleterre mais je n'en suis pas certain.

Il s'était interrompu avant de se lancer dans une courte explication :

- Ce pays est un peu spécial, vous vous en rendrez compte rapidement. Le temps ne passe pas de la même manière pour tout le monde mais à mesure qu'il s'écoule, il emporte vos souvenirs.

A nouveau, il avait marqué une pause pour lui laisser le temps de digérer la nouvelle :

- Je ne sais pas exactement combien de temps cela prendra mais autant que vous le sachiez : vous finirez par oublier d'où vous venez, ce que vous étiez et qui vous aimiez.

Cela ne lui avait pas posé de problèmes à l'époque à cause de son passé trouble mais il avait conscience que la nouvelle avait de quoi en bouleverser plus d'un. Le Jolly Roger ne s'écartait plus guère des cotes depuis que le capitaine Hook faisait une fixation sur Peter Pan et sa bande mais personne n'avait jamais mentionné d'autres rivages que ceux de Neverland à son bord.

- Je crains qu'il n'y ait aucune autre terre à proximité de celle-ci, navré.


Il avait redonné un morceau de viande séchée à la jeune femme en constatant qu'elle avait terminé le premier qu'il lui avait offert avant de lui donner un conseil qu'il jugeait avisé :

- Si j'étais vous, je trouverai rapidement des alliés et un endroit sûr où m'abriter. Il est inutile que vous perdiez votre temps à essayer de trouver une solution qui n'existe pas. Les gens ne sont pas tendres sur l'île, vous aurez tôt fait de vous faire tuer si vous restez toute seule.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Home is where the heart is.

In Neverland, I'm
Sofia Austen
∞ Date d'arrivée à Neverland : 01/02/2013 ∞ MESSAGES : 58 ∞ ÂGE : 24 ans. ∞ BOUILLE : Katie Mcgrath.
MessageSujet: Re: Time doesn't exist, clocks do. [Wilhelm+Sofia]   Mar 12 Fév - 22:50




Sofia tiqua, lorsque l’homme précisa qu’il ne se souvenait pas vraiment d’où il venait. Comment était-ce possible d’oublier ce genre de choses ? Et c’est là, qu’il lui expliqua… Cette Île, en plus de vous attirer à elle sans explication, poussait le vice jusqu’à vous faire oublier votre identité, les personnes de votre entourage ? La jeune femme ne pouvait pas envisager que cela puisse être possible. Elle ne pouvait décemment pas oublier qui elle était, d’où elle venait et qui devait certainement l’attendre là-bas, à Londres ! Cependant, Wilhelm était sérieux, et ne balançait pas ces informations à la légère. Ce qu’il disait était la vérité, et qu’elle l’accepte ou pas, il en était ainsi…

- Alors, je vais tout oublier, murmura-t-elle finalement. Ma vie, ma famille, et même John…

John, qui était son fiancé, il y avait encore quelques jours de cela. Elle devait penser à lui au passé, désormais, c’était ce qui semblait le plus sain de faire. Mais elle ne pouvait se résoudre à le chasser de son esprit, ni à supprimer les sentiments qu’elle éprouvait encore pour lui pour ne pas souffrir, cependant il semblait que l’Île s’en chargerait bientôt pour elle. Elle l’imaginait, fort bien, courir les rues à sa recherche, alerter tout Scotland Yard et n’avoir point de répit avant de l’avoir retrouvée. À moins que, lui aussi finisse par l’oublier…

Wilhelm lui tendit un autre morceau de viande séché, qu’elle distingua à travers ses cils embués de larmes. Elles ne coulaient pas sur ses joues car Sofia les retenait fermement, néanmoins elle détourna le visage pour que le pirate ne la voit pas dans cet état. Décidemment, Neverland semblait plus qu’une terre hostile à son égard : elle était tombée dans un piège pour finir presque déshydratée et affamée, et apprenait maintenant qu’elle devrait vivre d’autres journées similaires, sans avoir son mot à y dire. Pour le coup, ce lot de nouvelles lui aurait presque coupé l’appétit, mais elle se tourna de nouveau vers le pirate pour saisir le morceau de viande en le remerciant : elle n’allait pas se laisser abattre aussi facilement.

Il lui donna le conseil ne pas rester seule, de se trouver des alliés. Tout en le regardant, elle continua de grignoter le morceau de viande, dont le goût ne s’était pas amélioré par rapport à l’autre. Voulait-il insinuer lui, par là ? Elle se voyait mal être une pirate, et vivre sur un bateau : à vrai dire, elle ignorait tout de l’effet que cela pouvait provoquer, la marine lui étant totalement inconnue. Mais il disait sans doute simplement ça dans son intérêt à elle, elle hocha donc la tête pour signifier qu’elle avait compris.

- Je comprends. Vous avez sans doute raison, j’en conviens. Pourtant, elle n’avait pas quitté ces gens abandonnés sur la plage pour rien : si elle se trouvait des alliés, elle voulait les bons. Et est-ce que le pirate était déjà un être digne de confiance, après le peu de temps qu’ils venaient de passer ensemble ? À qui pensez-vous que je devrais me joindre ?, demanda-t-elle alors, pas habituée à tourner autour du pot.

Malgré tout ce qu’il avait pu lui dire sur le fait de ne pas savoir quitter l’Île, malgré ses recommandations, et ses conseils qui semblaient soucieux de son bien-être, Sofia n’en démordait pas. Elle se joindrait à d’autres si cela s’avérait nécessaire, elle apprendrait à vivre à Neverland, les coutumes, ce qu’elle devait éviter, comment elle devait survivre, mais tout au long de ceci, elle garderait un but en tête : elle chercherait un moyen de rentrer chez elle.

_________________

▬ losing my mind.
there is a saying in the Neverland that,
every time you breath, a grown-up dies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

In Neverland, I'm
Wilhelm Sawkins
∞ Date d'arrivée à Neverland : 29/01/2013 ∞ MESSAGES : 54 ∞ ÂGE : 28 ans ∞ BOUILLE : Joseph Fiennes
MessageSujet: Re: Time doesn't exist, clocks do. [Wilhelm+Sofia]   Ven 15 Fév - 12:56


Wilhelm avait conscience que ses paroles avaient fait du mal à son interlocutrice mais il avait préféré être honnête avec elle. Savoir qu'elle allait perdre la mémoire à l'avance lui permettrait peut-être de faire le deuil de ses souvenirs et elle serait moins surprise de les voir s'effacer même si en général, cela arrivait progressivement. Certaines personnes ne s’apercevaient même pas que quelque chose leur avait été retiré mais d'autres ressentaient une désagréable sensation de manque pendant des mois. Autant donc qu'elle sache à quoi s'attendre.

Il n'avait rien fait pour stopper les larmes qui s'écoulaient sur son joli visage, ni par cruauté ni par dédain mais parce qu'il n'avait jamais été très doué pour consoler des inconnues mais il n'avait rien ajouté non plus qui aurait retourné le couteau dans la plaie. Il lui avait laissé le temps d'accepter la nouvelle à son rythme, heureux de constater que malgré son désarroi, elle ne se laissait pas abattre et continuait d'avaler les morceaux de viande séchée.

Perdre ses repères était très déstabilisant, surtout pour une femme qui avait connu le confort et qui était à priori plus vulnérable qu'un homme. Toutefois, il ne fallait pas que sa situation obscurcisse son jugement et la pousse à faire de mauvais choix, ce qu'il lui avait fait remarquer lorsqu'elle lui avait demandé de lui donner des conseils au sujet d'une éventuelle alliance.

- Vous me posez la question ?

S'intéresser à l'opinion des gens était la dernière chose à faire, surtout en temps de " guerre ". Chaque habitant de Neverland chercherait à la rallier à son camps pour voir ses forces augmenter sans tenir aucunement compte de ses intérêts personnels.

- C'est une erreur. La seule personne à qui vous devez la poser, c'est vous même.

Il s'était interrompu durant quelques instants avant de reprendre :

- Je pourrai vous vanter les mérites de la piraterie pendant des heures mais je vous épargnerai le discours de recrutement : laisser les autres prendre les décisions à votre place ne vous apportera que des ennuis, croyez moi. Prenez le temps de rencontrer les leaders des différents clans tant que vous le pouvez encore et choisissez en votre âme et conscience.

Un sourire s'était dessiné sur ses lèvres :

- Je vous déconseille malgré tout d'aller consulter les enfants perdus et les sirènes : les premiers ne supportent pas les adultes et les secondes les aiment pour leur petit déjeuner...


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Home is where the heart is.

In Neverland, I'm
Sofia Austen
∞ Date d'arrivée à Neverland : 01/02/2013 ∞ MESSAGES : 58 ∞ ÂGE : 24 ans. ∞ BOUILLE : Katie Mcgrath.
MessageSujet: Re: Time doesn't exist, clocks do. [Wilhelm+Sofia]   Mar 19 Fév - 22:06




Bien qu’elle n’avait pas mangé depuis des jours, les quelques morceaux de viande séchée que Wilhelm lui avait donné l’avait rassasiée. En effet, il faudrait sans doute un peu de temps pour que son estomac apprenne à manger de grosses parts à nouveau. Enfournant le dernier morceau, elle le regarda, encore plus intriguée qu’auparavant.

- Vous êtes bien honnête, pour un pirate. Elle avait fait la comparaison, mais aucunement pour le blesser, juste pour constater les faits. Bien qu'il devait être fier d'en être un. J’apprécie cela.

Bien sûr, il avait deviné le plan qu’elle s’était dressé : tout d’abord voir les avantages et faiblesses de tous les camps, avant de se rallier à l’un d’entre eux. Mais pourtant, elle avait voulu savoir ce qu’il en pensait, et elle aimait qu’il lui ait répondu de la sorte, honnêtement. Au moins, il n’essayait pas de la rallier à son propre clan pour s’avantager lui et les siens, et elle doutait fort que les autres personnes qu’elle pourrait rencontrer en fassent de même. Petit à petit, elle finissait par oublier que c’était dans le piège de cet homme qu’elle était tombée, mais que celui-ci réservait un tout autre piège qui pouvait être tout aussi mortel : une certaine inclination, un attachement pour cet homme dont elle ne connaissait pourtant pas grand-chose. Et c’était là la première chose qu’elle s’était interdite en arrivant sur cette Île. Peut-être était-il temps pour les deux inconnus de déjà se séparer et pourtant, Sofia n’en éprouvait pas la moindre envie. De surcroît, elle était encore mal en point, et même si elle ne voulait pas profiter des bons soins du pirate, elle ne savait pas réellement comment elle s’en sortirait, quand ils se sépareraient.

Le soleil, qui la réchauffait encore quelques minutes auparavant, fut soudainement masqué par des nuages annonciateurs de mauvais temps. Quelle veine elle avait ! Ils avaient pourtant, à vue de nez, encore quelques instants pour rester assis sur la plage avant que la pluie ne se mette à tomber.

- Je dois vous paraitre accablante, mais je n’ai personne d’autre à qui demander… Elle sourit pour dissiper le malaise en elle : elle n’aimait pas le sentiment de dépendre de lui, et penser qu’elle pouvait être un fardeau pour l’homme ne la faisait pas se sentir mieux. Vous pourriez me dire comment me procurer des vêtements qui seraient… Disons, plus adaptés à ces lieux ? Tout en parlant, elle montra d’un geste de la main la façon dont elle était vêtue, qui se constituait toujours d’une chemise de nuit, assez légère.

Elle se mordit la lèvre en attendant sa réponse, se demandant si elle lui en réclamait peut-être trop. Sofia aimait être quitte avec les autres : s’il l’aidait, elle trouverait un jour où l’autre le moyen de le remercier.


_________________

▬ losing my mind.
there is a saying in the Neverland that,
every time you breath, a grown-up dies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

In Neverland, I'm
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Time doesn't exist, clocks do. [Wilhelm+Sofia]   Aujourd'hui à 17:27

Revenir en haut Aller en bas
 

Time doesn't exist, clocks do. [Wilhelm+Sofia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» La reine Sofia, d'Espagne, en visite en Haiti
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» Le cri Wilhelm

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Island
 ::  :: 
Forest
-